L’histoire de Grady *

Bien souvent lorsque des propriétaires d’animaux viennent me consulter, je suis un peu leur « dernier recours ».

Ils ont écumé vétos et comportementalistes canins sans réel succès.

Grady n’échappe pas à cette règle.

Grady est un très beau chien, typé Berger Allemand, Malinois. Sa dernière famille a été le chercher à la SPA il y a maintenant 3 ans. Dernière famille puisque ce gentil chien a connu pas moins de cinq familles… en moins de 4 ans.

De son histoire, on sait bien peu de choses, comme bien souvent pour les animaux de refuge. Il est fort probable que Grady ait été chien cynophile au vu de certains comportements. Ce qui est sûr, c’est que Grady quittera le box de l’association avec une plaie de léchage jugée sans gravité. La bénévole qui prend en charge l’adoption leur assure qu’une fois que le chien se sentira bien dans sa famille, tout rentrera dans l’ordre.

Quelques jours après son arrivée dans sa nouvelle famille, je suis contactée pour rencontrer Grady et sa famille. Sa maîtresse souhaite lui offrir le meilleur démarrage possible dans sa nouvelle vie. Je propose un « cocktail » de Fleurs de Bach qui me semble le plus approprié au vu de son comportement et de ce que sa propriétaire perçoit de lui, pas très simple pour nous vu qu’il vient d’arriver.

Au bout de quelques semaines la plaie de léchage a nettement diminué, Grady se pose, commence doucement à trouver ses marques. Il reste malgré tout très angoissé, il peut avoir des séances de léchage compulsif.

Sa propriétaire toujours désireuse de bien faire pour son chien l’emmène faire un bilan chez le vétérinaire. Elle lui explique qu’il a pris des Fleurs de Bach quelques semaines avec une belle amélioration, à quoi la vétérinaire lui répond que c’est absolument inutile et que ça ne marche pas. SIC

La vétérinaire va donc mettre notre ami Grady… sous anti dépresseurs. Pendant plus d’un an, le chien sera donc traité ainsi jusqu’à la dose maximale. Son état s’empire, il a des crises d’anxiété la nuit où il garde en éveil toute la maisonnée. Il souffre de violentes crises de démangeaisons et sa propriétaire est contrainte à lui mettre un collier gonflable quasiment en permanence.

Rendez-vous sera pris chez un comportementaliste canin, aucun résultat notable encore une fois.

Et puis, début février 2022, sa propriétaire complètement désespérée me contacte. Cela fait des semaines qu’elle cherche comment me contacter, elle se rend compte que finalement, ce sont les Fleurs de Bach qui ont apporté le meilleur soulagement à son chien.

Aujourd’hui nous avons fait le premier bilan après trois semaines de traitement. Les poils de Grady repoussent enfin, il ne touche quasiment plus à sa plaie de léchage. Elle peut le laisser plusieurs fois par jour sans collerette. L’ensemble de la famille le trouve plus posé. Il a encore des crises de léchage compulsif mais moins fortes et moins régulières.

J’ai également proposé des changements, comme une sortie quotidienne en famille avec Grady. Même s’il a la chance de pouvoir s’ébattre sur 1500m2 de terrain, c’est très important de pouvoir découvrir, sentir d’autres lieux. Ce moment est devenu un vrai plaisir pour la famille, Grady se révélant avoir un excellent rappel, il profite de ses balades en toute liberté.

Un traitement à base de cortisone va être à nouveau administré pour ses problèmes dermatologiques.

Un traitement en Fleurs de Bach ne viendra jamais se substituer à un traitement vétérinaire ou médical, par contre il peut vraiment aider à la guérison. Là où le traitement médicamenteux va venir travailler sur le corps physique les Fleurs vont apaiser l’état émotionnel.

Il y a encore du travail pour faire de Grady le chien heureux et bien dans ses pattes dont rêve sa famille, mais il est aujourd’hui en bonne voie et bien pris en charge.

Bien administrées, les Fleurs de Bach sont vraiment très efficaces contre les problèmes de plaie de léchage. J’ai eu l’occasion de suivre plusieurs chiens souffrant de ce type de pathologie, à chaque fois, au bout d’un mois les poils repoussent. Pour autant il faut bien être conscient qu’il ne s’agit que de la manifestation du problème et accepter de prendre le temps nécessaire pour le régler de la manière la plus définitive possible.

* le nom du chien a été modifié

** photo d’illustration

Laisser un commentaire

55 + = 57