Je ne suis pas mes blessures

Je reprends « ma plume » pour partager un sujet important à mes yeux.

Certains d’entre vous ont déjà entendu parler des blessures de l’âme.

La célèbre Lise Bourbeau a écrit plusieurs ouvrages à ce sujet et elle recense cinq blessures : le rejet, l’abandon, l’injustice, l’humiliation et la trahison.

Je ne rentrerai pas dans le détail de ces blessures dans cet article, ce n’est pas l’objet, mais si certains sont intéressés dites le moi, je me ferai un plaisir de vous faire un article dédié.

Lise Bourbeau considère que tout un chacun est porteur d’une ou deux blessures liées à son enfance.

Pour ma part j’aime beaucoup cette approche, c’est une des choses dont je te tiens compte lors de mes accompagnements.

Et c’est là que j’insiste bien, c’est une des choses. Au même titre que vous êtes un homme, une femme, mariée, célibataire…

Il y a quelques temps j’ai échangé avec une personne qui me partageait un évènement de son quotidien. Elle m’a relaté l’épisode en me disant, c’est arrivé parce que j’ai la blessure de X.

Pour illustrer mon propos, c’est comme si la personne était arrivée dans une pièce et qu’à ce moment là tout le monde éclatait de rire. Cette personne m’aurait dit voilà, ils étaient tous en train de se moquer de moi parce que je porte la blessure d’humiliation.

On peut également imaginer une personne qui tombe systématiquement sur des compagnons qui lui sont infidèles ou qui sont violents. Cette personne me dirait c’est parce que j’ai la blessure de trahison.

A mon sens, c’est extrêmement réducteur de raisonner comme ça. C’est vraiment une manière de s’enfermer, c’est le mode « victime ». Nous ne sommes pas nos blessures.

Nos blessures sont là pour mettre en lumière des émotions à travailler.

Si je reprends mon exemple des gens qui rient lorsqu’une personne arrive. La personne pourra ressentir un léger malaise. Wow, tiens on dirait que ça fait écho à ma blessure d’humiliation ! Comment pourrais-je le surmonter ? Tout simplement en leur demandant de me partager l’objet de leur amusement.

La personne qui ne rencontre que des personnes infidèles, violentes pourra se questionner sur ce qu’elle attend réellement d’une relation. A-t-elle envie d’une relation stable et durable ? Avoir eu l’exemple d’un parent volage, violent… ne doit pas définir qui nous sommes et ce que nous allons devenir.

Je vous le dis souvent, soyez les enquêteurs de votre propre vie ! Observez vos réactions face aux situations, listez vos émotions pour essayer de mieux les comprendre, les vivre.

Je propose des accompagnements en Fleurs de Bach (sans alcool) et en libération émotionnelle. N’hésitez pas à me contacter si vous ressentez le besoin de vous faire aider en toute bienveillance.

Laisser un commentaire

6 + 3 =